Trente ans après sa mort, Joan Miró est devenu une figure iconique du monde de l’art. Plus le temps passe, plus son art devient universel, dépasse les frontières et les genres. Ses oeuvres vivent en dehors des musées, sur les murs d’institutions prestigieuses, son influence a pénétré le design, l’architecture et se déniche dans des endroits toujours plus inattendus… 

Grâce à la présence exceptionnelle de Joan Punyet Miró, petits–fils et administrateur de Miró, à des archives inédites et à l’accès privilégié à son atelier et ses œuvres ; nous allons découvrir le peintre sous ses facettes les moins connues : le Miró intime qui « de jour était un trésor et de nuit, pouvait être un monstre », le Miró provocateur mais aussi le Miró engagé sensible à la détresse de ses compatriotes. Nous reviendrons également sur le poids de l’héritage d’un peintre aussi immense… qui repose aujourd’hui sur les épaules d’un seul de ses descendants et la destinée tragique de la plupart des membres de sa famille.

Le réalisateur: Albert Solé
Albert Solé est un réalisateur franco espagnol de films documentaires. Né en 1962 à Bucarest, il commence sa carrière professionnelle en tant que journaliste pour la télévision publique espagnol et scénarise notamment la série documentaire Nómadas de la condición humana qui analyse diverses expériences humaines à travers le voyage et les valeurs qu’il véhicule. Depuis 2000, il réalise des documentaires pour la télévision (Arte, TVE, TVC, Mexico’s Canal 22). Ses films sont diffusés dans le monde entier et sont fréquemment récompensés lors de festivals internationaux. En 2008 son film documentaire Bucarest, La memoria perdida sort en salle et recevra un an plus tard le Goya du meilleur documentaire. Ces deux derniers films, Los recuerdos de hielo et Al final de la escapada, ont été sélectionnés pour le Prix Gaudi du meilleur documentaire.

Coproducteurs: CPB Films (Cie des Phares et Balises), Minimal Films, Arte France, TV3
Distribution internationale : CPB International