Nous sommes le 17 janvier 2013, Lance Armstrong passe aux aveux. Dans une cérémonie cathodique savamment orchestrée, le septuple vainqueur du Tour de France confesse à la reine du talk-shaw, Oprah Winfrey, s’être dopé à l’EPO, aux hormones de croissance et à coups de transfusions sanguines. Devant près de 4 millions de téléspectateurs américains réunis ce soir-là (seconde plus grosse audience de la chaîne OWN), la star déchue du cyclisme mondial reconnaît avoir bâti sa carrière sur un tissu de mensonges : un programme de dopage sophistiqué … « le plus sophistiqué de l’histoire du sport » précise l’Agence américaine antidopage (Usada). Pendant plus d’une décennie, Lance Armstrong a nié, démenti, traité les autres de menteurs et de tricheurs. Alors comment ce « héros » de l’Amérique - terrassé par un cancer à 25 ans, revenu au plus haut de la compétition grâce à un courage à toute épreuve - a su bâtir le plus gros mensonge de l’histoire du cyclisme sans que personne ne puisse l’arrêter plus tôt ?

Un film de Ève Minault
Dans la collection Les Mensonges de l'Histoire 
Présentée par Fabrice d'Almeida 

Diffuseur FR : RMC Découverte
Producteur : Compagnie des Phares et Balises (CPB Films)
Distributeur : CPB International