Le 20 mars 2003, les Etats-Unis déclenchent l’opération « Iraq Freedom ». Une guerre censée prévenir le pire : la menace d’une attaque nucléaire. Car le président Bush en est sûr : Saddam Hussein fabrique des armes de destruction massive et les Etats-Unis sont dans sa ligne de mire : il en a les preuves. Mais ces preuves ne vont pas tenir longtemps devant la réalité du terrain. Car sur place, les forces américaines ne trouvent aucune trace de gaz, de poison et encore moins d’armes nucléaires.

Le monde entier découvre qu’il a été l’objet d’une vaste manipulation savamment orchestrée par la Maison Blanche et les services secrets américains. Enquête sur un très gros mensonge d’Etat commis par l’homme qui était  alors le plus puissant du monde : George W Bush.